POURQUOI LA PLUPART DES ÉLEVEURS DE POULETS DE CHAIR EN AFRIQUE NE SERONT JAMAIS RICHES?

Depuis mon jeune âge en Afrique, j’ai des proches qui font dans l’élevage des poulets de chair à titre commercial, sauf qu’après 15 ans passés dans cette activité ces proches à moi étaient toujours pauvres contrairement aux éleveurs de poulet européen donc la fortune grandissait de jour en jour. Je voulais savoir pourquoi nos éleveurs sont si pauvres et les italiens si riches, c’est en allant dans une ferme de poulets italiens que j’ai très vite compris notre erreur très grave en matière d’élevage. La première erreur est que les italiens fermiers et éleveurs de poulets de chair produisent eux même leur provende composée de 70% de maïs +20% de soja et 10%de nutriment (aliments qu’ils produisent dans leurs plantations sur plusieurs hectares et qu’ils transforment par la suite en provende pour poulet de chair à l’aide de machines à écraser).

Ceci contrairement aux éleveurs Africains qui achètent en majorité le sac de provende dans des provenderies à plus de 16.000 FCFA le sac, ce qui constitue déjà une grosse perte en enrichissant d’avantage les cultivateurs de maïs et de soja. La deuxième erreur est qu’ils achètent les poussins importés de 3 jours à plus de 550frcfa, pourtant les fermiers italiens produisent eux même leur poussins avec un coût de production inférieur à 75 FCFA et donc ceux-ci font produire eux-mêmes leur poussins grâce à des machines à éclore les œufs, à partir de là les œufs fécondés deviennent poussins après 21 jours de chauffage. La troisième erreur est qu’après avoir élevé le poussin, 45 jours plus tard le coût d’élevage sera de minimum 2000 FCFA par poulet au fermier camerounais à cause des dépenses liées aux sacs de provende, des médicaments pour poussins, achat des poussins à 550 FCFA, l’électricité, l’eau et la vente aux revendeurs du marché qui achètent très souvent autour de 2200 FCFA le poulet pour revendre à 3000 FCFA et plus.

Sans compter parfois les maladies que contractent les poussins, ceux qui meurent, ce qui fait que ceux-ci fonctionnent a perte pour la plupart du temps et ne seront jamais, ou difficilement riches, contrairement aux fermiers italiens qui produisent tout sur place et se regroupent en coopérative pour vendre à des grandes surfaces à un même prix, c’est la raison pour laquelle ils sont si riches. Il faudrait qu’en Afrique on revoie nos différentes méthodes de production pour s’enrichir d’avantage.

Analysé par Kamdem-AgroIndustrie, grand industriels africain.

NB: Vous êtes entrepreneurs, vous avez un produit ou un service à faire connaitre au public, faites-nous le savoir à l’adresse : redaction@top-afrique.com . Et nous nous ferons le plaisir de vous accompagner pour son succès.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
5 − 4 =